Gaya Rive Gauche : les fruits de mer façon Pierre Gagnaire

Dans les chefs qui me font rêver, Pierre Gagnaire figure en bonne place, si ce n’est carrément tout en haut du podium. A la fois parce que ce qu’il cuisine fait sacrément envie, mais aussi parce que le personnage, en tous cas celui que j’ai pu voir à maintes reprises à la télévision, me paraît terriblement attachant. Sa simplicité et sa gentillesse malgré son niveau et son expérience ne peuvent que me séduire. Autant dire qu’avoir l’opportunité de déjeuner dans un de ses restaurants m’a fait bondir de joie !

Un plateau de fruits de mer pas comme les autres

Le Gaya Rive Gauche ne paie pas de mine : façade discrète, petit espace, déco agréable mais sans chichis… En y pénétrant, on ne sent pas l’étoile Michelin scintiller à chaque coin de table, et tant mieux, ça me met tout de suite beaucoup plus à l’aise ! Après de délicieux amuse-bouches, l’entrée arrive. Nous avons opté pour la particularité de l’établissement, la grande assiette de coquillages et crustacés (67 €). Vous me direz qu’aller dans un étoilé pour manger ça, c’est un peu dommage.Mais justement, ici chaque élément du plateau est travaillé et cuisiné. Pas question, donc, de simples produits posés sur de la glace : l’oursin est présenté sous forme de bisque au tapioca, le tourteau s’accompagne d’une feuille d’huître et d’une brunoise de fenouil, les huîtres s’accommodent d’orange sanguine, de pecorino, de betterave rouge et de carotte, et sont même revisitées en glace. En bonus, le plateau est proposé avec un tartare de thon rouge et de maquereau vraiment exceptionnel. Bref, on est loin de ce qu’on peut déguster ailleurs.

Et comme sur la carte, les gnocchis d’agria, crème de morilles au curry ver et oignons cébettes (32 €) nous faisaient de l’œil, on a aussi craqué pour y goûter et… il aurait été dommage de passer à côté ! C’est extrêmement savoureux, je m’en serais bien fait un saladier en guise de déjeuner mais d’autres merveilles attendent d’être dégustées.

On passe à la suite, avec pour ma part les lichettes de Saint-Pierre, marinière de coques et chou pointu (43 €). Avec les poissons, je dois avouer que je redoute toujours l’écueil du plat “healthy”, trop léger et frustrant. Là, au contraire, l’assiette est bien garnie et, surtout, gourmande. Elle est accompagnée d’une excellente purée, presque dispensable mais tellement appréciable ! Précision pour les carnivores : certes le Gaya est spécialisé dans les produits de la mer, mais deux plats à base d’agneau sont également proposés.

Pas de poisson au dessert, mais des champignon ! Une camarade de tablée a opté pour les morilles fraîches, parfait glacé et cristal de vent au café (22 €). Je n’ai pu m’empêcher de goûter cette curiosité, et cet étonnant mélange fonctionne drôlement bien ! Fidèle à mon amour du chocolat, j’ai choisi la mousse Guanaja, eau de cacao à l’amande amère, marmelade de pamplemousses roses et feuille de capucine (19 €). Pour être franc, j’aurais aimé que le chocolat soit plus présent, mais c’était excellent et léger. Parfait pour finir le repas… ou presque, puisque des petites tartes au citron meringuées accompagnent le café.

Une belle expérience

Le bilan ? Un déjeuner à la hauteur de mes attentes, avec des assiettes conformes à ce que j’imaginais de la part de Pierre Gagnaire, qui n’est certes pas en cuisine mais dignement représenté par le chef de l’établissement, Nicolas Fontaine. Alors certes, tout cela a un prix à la carte, mais le restaurant propose une formule déjeuner à 65 € (E/P/D) et 48 € (E/P ou P/D), et même la suggestion du jour et un café pour 30 €.

Gaya Rive Gauche
44, rue du Bac
Paris 7ème
> Instagram : @gayarivegauche
> Site Internet